Pourquoi le C.F.P.P. préconise-t-il un oral d’examen pour être Praticien en Psychothérapie, Psychanalyste, Pédopsychanalyste ou Art-thérapeute plutôt qu’un mémoire de fin d’études ?

Ces disciplines appartiennent aux grandes traditions orales, ce qui est donc la raison essentielle pour qu’il n’y ait pas de soutenance d’un mémoire qui utilise un support écrit. De plus, ce sont des métiers de paroles et ce, à tous les sens du terme ! On parle d’ailleurs en psychanalyse de « talking cure », soit en langue française de « cure par la parole ». Les psychothérapies appartiennent, de leur côté, au même registre. D’où l’impossibilité d’envisager d’effectuer ce type d’enseignement par correspondance ou à distance. Le thérapeute ainsi formé ne pourrait, en aucun cas, faire face aux difficultés que seule une mise en situation directe permet d’expérimenter.